Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maison en paille dans le Bugey

Maison en paille dans le Bugey

Autoconstruction d'une maison écologique en paille sur le plateau d'Hauteville dans le Bugey, avec un budget de 100 000 euros. Construction selon la technique du GREB.


Ca s'en va et ça revient... quoi donc ? La poisse !

Publié par Seb et Amélie sur 6 Juin 2013, 11:31am

Il y a quelques semaines, je donnai un coup de marteau malencontreux. Il fallait faire sauter une partie du receveur de douche en grès pour laisser passer un tuyau, l'endroit était pré-découpé en usine, j'ai fait ça en 3 secondes... avant de m'apercevoir que je m'étais trompé de côté. Oups !

Ca s'en va et ça revient... quoi donc ? La poisse !

Bon, pas bien grave, l'endroit ne se voit presque pas, et puis ça fait une poignée bien pratique pour la mise en place (parce qu'il est lourd, l'animal). On l'oublie donc, se promettant de reboucher au plâtre plus tard, et de s'en servir comme trappe de visite en attendant.

C'est donc par ce trou que l'autre jour, je vois s'écouler des quantités d'eau, qui se répandent joyeusement sur le carrelage. Amélie venait de tester la douche. Arrgh ! La bonne surprise de 22h30, idéal pour passer une nuit sereine ! On se voyait déjà tout casser...

Bref, finalement, tout s'est réglé en resserrant la bonde comme un bourrin. Après avoir essuyé sous le receveur, attendu le séchage complet, testé différents endroits en glissant des bandes de cartons sous la douche par le trou (bien pratique, celui-là !), c'est officiel : le douche ne fuit pas ! Hourra, Yepee, Hosanna, Alléluia et Allah Akbar. Quelques jours de stress pour rien.

Mais la poisse est comme le naturel, elle revient au triple galop par la fenêtre si vous la chassez par la porte.

Lundi dernier, périple chez Ikéa. Les ours descendent en ville ! Préparation quasi militaire comme pour toute incursion en terrain hostile, liste d'achat peaufinée sur Internet, vérification des stocks en ligne, organisation de la récupération des enfants par les copains en fin de journée, nourriture, eau potable et cartographie... Il faut dire qu'on nous avait conté quelques expériences pas trop réjouissantes, notamment avec le dépôt qui se trouve à 15 km du magasin. Eh bien, tout s'est passé comme prévu, retour à 15h30, pas fâchés de quitter les périfs lyonnais mais très contents car TOUT était là. Magnifique, non ?

Ca s'en va et ça revient... quoi donc ? La poisse !

Sauf que... Hier, entre plantation de patates et garde d'enfants, on décharge le tout dans le bureau-atelier et on tente de monter quelques meubles. Et là... D'abord un petit problème d'un meuble BAS faible profondeur, vendu comme meuble BAS mais reprenant la même structure qu'un meuble HAUT, et dépourvu des trous nécessaires pour fixer les pieds. Bon, on percera, mais c'est agaçant.

Pour les portes, par contre, il n'y a rien à faire... Amélie s'est étranglée en ouvrant le carton. Car si les portes sont bien en bouleau comme prévu, elles sont recouvertes d'un vernis qui n'est pas incolore comme le prétendait la notice (et les photos de meubles sur le site web) mais légèrement pigmenté de blanc ce qui lui donne un "teint" malade, limite cadavérique. C'est très laid.

Ca s'en va et ça revient... quoi donc ? La poisse !

De plus, ça ne se voit pas sur la photo, mais le vernis est appliqué à la truelle ou à la lance à incendie, de près ça forme des gouttelettes, c'est vraiment du travail de cochon.

Certes le bouleau est un bois blanc, et certes il fonce avec l'âge... Mais j'ignore ce que ça donnera avec ce vernis. Pour l'instant, pas moyen de joindre Ikéa par téléphone (bien entendu...) ; j'ai aussi envoyé un mail, j'espère une réponse. Au pire, on a 30 jours pour rapporter les portes (et les plinthes, et les joues latérales...), le problème étant qu'on ne trouve rien de bien joli et que c'est ce modèle en bouleau qui nous avait décidé...

Bon, ce sont un peu des soucis de riche, tout ça, j'en ai conscience. Mais ça énerve quand même, parce qu'on a passé des milliers d'heures à bosser sur des trucs invisibles, et on voudrait que le visible soit à notre goût.

La suite au prochain numéro.

Commenter cet article

Archives

Articles récents