Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maison en paille dans le Bugey

Maison en paille dans le Bugey

Autoconstruction d'une maison écologique en paille sur le plateau d'Hauteville dans le Bugey, avec un budget de 100 000 euros. Construction selon la technique du GREB.


Des portes, des gaines, de la ouate et des bidouilles.

Publié par Seb et Amélie sur 7 Mars 2012, 21:02pm

Catégories : #Electricité

Nous avons fini de poser les 5 portes de l'étage.

mars-2012 0003 1

 

Un reste de volige stocké à l'étage nous gêne pour terminer l'ossature de la dernière cloison. Il faut donc l'envoyer au grenier, où il servira de plancher. C'est en cours :

 

mars-2012 0005 1

 

Auparavant, il a fallu mettre la ouate de cellulose. Pour 5 m3, ça ne vaut pas le coup de louer une machine, ça se décompacte bien à la main. Mais il faut un masque à poussière.

 

mars-2012 0006 1

 

Et avant de pouvoir mettre la ouate, il fallait tirer toutes les gaines électriques et fixer les DCL (boitiers pour luminaires). Ces boitiers doivent pouvoir supporter 25 kg, on les arrime donc grâce à une tige filetée, un boulon, et des chutes de bois fixées aux entraits.

 

mars-2012 0001 1

Ensuite on teste :

 

mars-2012 0002 1

12 litres de sable humide : c'est bon !

 

Pour nous simplifier la tâche, nous avons décidé de faire passer tout ce qu'on pouvait par le grenier et de limiter autant que possible les gaines dans le plancher du 1er étage car il y aura plein de lamboudes à traverser dans ce dernier. Inconvénient : on consomme plus de gaines et de fils.

 

mars-2012 0004 1

Une petite trentaine de gaines, dont la grande majorité redescend dans les différentes cloisons.

 

Nous avons aussi tiré la plupart des fils dans les gaines. Pour l'étage, toutes les phases sont en fil blindé (pour le neutre et la terre, c'est inutile).

 

Prochaines étapes :

 

1- planter des arbres. La pépinière nous a fait faux bond en novembre et maintenant que le sol est bien dégelé il faut faire vite avant la montée de sève.

 

2- finir ce fichu plancher de grenier (y'en à marre de bosser à quattre pattes !)

 

3- finir le bout d'ossature manquant,

 

4 - et attaquer la pose du fermacell avant que les montants de bois "presque secs" ne soient complètement vrillés !

 

 

Commenter cet article

pascal 11/03/2012 18:59

Bravo pour les explications et aussi pour les travaux.L'avantage du second œuvre :la progression rapide des travaux
Vous avez changer d'avis pour le plancher de l'étage(isolation phonique avec sable sous le second parquet)? l'espace sous les portes est petit en comptant le 1cm de ventilation vmc.Les montants de
portes et cloisons, relié au plafond, n'annulent pas l'effet phonique?
Mais la question n'est pas sans réponse,la réflexion est votre moteur,éclairez- moi.
Encore bravo bientôt le déménagement!
Pascal

Seb et Amélie 11/03/2012 22:07



Salut Pascal,


on part bien sur le complexe lambourdes, sable et parquet cloué, tout ça ne sera pas très épais (environ 7-8 cm), et on a laissé 1 cm de plus sous les portes pour la circulation d'air. peut-être
que ça ne se voit pas bien sur les photos ? Au pire, les portes sont recoupables.


Pour les liaisons avec le plafond... je ne sais pas ! L'important était déjà de désolidariser les cloisons de l'étage du plancher de celui-ci (donc du plafond du RDC) pour éviter de transmettre
des bruits d'un étage à l'autre par ce biais. Maintenant, le plafond de l'étage donne sur le grenier, et on s'en fiche de déranger les souris... Mais peut être que le son se propagera un peu
d'une pièce à l'autre par le plafond, je n'en sais rien. De toute manière, vu l'épaisseur des portes, il ne faudra pas hurler quand les enfants dormiront !


Sinon, le plus gros avantage du second oeuvre, c'est quand même de pouvoir bosser au sec (et pas à plat ventre sous une bâche trouée... ça ne te rappelle rien ?) et, comble du luxe, de laisser le
chantier en l'état avant de partir en vitesse chercher les enfants !


 


Bises chez toi,


Seb



Archives

Articles récents