Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maison en paille dans le Bugey

Maison en paille dans le Bugey

Autoconstruction d'une maison écologique en paille sur le plateau d'Hauteville dans le Bugey, avec un budget de 100 000 euros. Construction selon la technique du GREB.


Du lourd !

Publié par Seb et Amélie sur 31 Octobre 2014, 14:35pm

Sur un terrain en pente avec accès par le haut comme le notre, on peut :

  1. surélever la maison jusqu'au niveau de l'accès et bénéficier ainsi d'un sous-sol,
  2. construire au niveau du terrain et créer une pente pour stationner proche de la maison.

Le coût de la solution 1 étant dissuasif, nous avions opté pour la solution 2. La pente théorique était assez sévère, la pente réelle l'était encore plus du fait d'une erreur initiale déjà évoquée précédemment : c'est l'altitude de la limite de propriété qui avait été prise en compte, et non celle de la route. Sur le plan, la route délimitait le terrain ; dans la vraie vie, non.

 

L'enneigement hivernal rendait impossible le stationnement chez nous en hiver. Un devis de maçonnerie et terrassement nous annonçait 15 000 euros pour faire relever notre plate-forme de stationnement d'un mètre, pour rendre la pente "moins pire". Au final, après avoir tourné ça dans tous les sens, nous avons cassé la tirelire et nous sommes payés ceci :

Du lourd !
Du lourd !Du lourd !

Le tout pour 22 000 euros, tout de même ! Hors budget initial, donc.

Vu la quantité de terassement, inacessible en autoconstruction, nous avons tout fait faire par l'entreprise du village qui était déjà intervenue au tout début.

 

Au lieu de surélever notre parking nous avons fait recreuser de 50 cm, puis élever un "pavé" de 6x5.50m sur 2.50m de hauteur qui nous servira d'atelier et de stockage. Béton banché aux endroits stratégiques (poussées de terrain), parpaing ailleurs.  Dalle supérieure de 20 cm largement ferraillée, pouvant supporter les véhicules. Entrée par une porte fenêtre achetée 100 euros sur le bon coin.

 

Un mur en blocs de calcaire bruts (carrière à 5 km) assure le soutènement dans l'ancienne descente, et le tout est remblayé avec le même calcaire concassé afin d'assurer l'infiltration de l'eau.

 

 

L'ensemble surplombe un peu la maison, ce qui n'est pas trop gênant dans la mesure où tout ceci se trouve côté nord et que la maison est logiquement ouverte vers le jardin au sud.

 

Nous pouvons donc nous garer au niveau de la route, ce qui est appréciable durant les 3 ou 4 mois de neige. Nous pourrons également ranger le canoë qui squatte chez les voisins, virer les outils du bureau et la quincaillerie-droguerie du cellier. Dans un futur indéterminé, nous construirons un abri à voiture sur 4 poteaux et basta.

 

Nous ne regrettons pas de ne pas avoir construit sur sous-sol complet. Le coût et la quantité de béton auraient été plus élevés et nous aimons pouvoir sortir de plain pied dans le jardin. Mais clairement, quand nous avons acheté le terrain, nous avions sous-estimé le problème du stationnement hivernal.  J'espère que cette erreur pourra constituer une utile mise en garde aux futurs autoconstructeurs.

Commenter cet article

Archives

Articles récents